Les activités de paris suspectes reflètent un retour à la normale, selon l'IBIA

Auteur: Luc Müllerberg|

La Covid-19 a causé de nombreuses annulations sportives en 2020 et début 2021 mais les choses semblent revenir progressivement à la normale.

Les jeux de casino n’ont pas vraiment souffert de cette pandémie mais les opérateurs de paris sportifs en ligne ont connu une année difficile et reviennent à la normalité petit à petit.

Le PDG de l’IBIA (International Betting Integrity Association) affirme même que ce retour à la normale se manifeste également par un retour des activités de paris suspectes.

Le rôle de l'IBIA dans la lutte contre la corruption sportive

Comme à son habitude, l’IBIA compte bien lutter et sanctionner sévèrement toutes activités illicites et de corruption qui pourraient survenir lors de prochains matchs et compétitions.

Le but sera d’éviter au maximum les éventuels trucages de matchs et pour cela, toute l’équipe de l’IBIA est de nouveau sur le front.

Ces derniers mois, les sports qui ont largement dominé l’offre de paris à l’échelle mondiale sont le tennis et le football.

« Le but sera d’éviter au maximum les éventuels trucages de matchs et pour cela, toute l’équipe de l’IBIA est de nouveau sur le front. »

Quelques chiffres édifiants

Dans son rapport annuel 2020, l’IBIA indique qu’elle aurait reçu 270 signalements suspects. Cela représente une augmentation de 48 % par rapport à 2019 puisqu'en 2019, seules 183 alertes ont été signalées.

Mais, il n’y a pas réellement de sonnette d’alarme à tirer puisque ces chiffres sont plutôt cohérents avec ceux annoncés en 2017 et en 2018 puisqu’ils étaient de 266 et 267 ces années-là.

Cette augmentation en 2020 incombe en partie au tennis de table qui était l’une des seules disciplines continuant d’être sur le devant de la scène.

Généralement, c’est plutôt le football qui fait les gros titres puisqu’en 2019, 88 % des signalements été liés à ce sport.

Le football en ligne de mire

Le responsable de l’intégrité de la FIFA, Ennio Bovolenta, semble vouloir travailler main dans la main avec les différentes instances de contrôle et il aurait aussi affirmé en décembre dernier que toutes les équipes doivent rester sur leurs gardes, ne pas se relâcher car la corruption est toujours un problème en Europe.

De plus, ce n’est pas un problème qui est spécifique à une seule région puisque les truqueurs de matchs se déplacent de pays en pays. La GESPA a salué le rôle de la FIFA qui combat activement ce problème.

Les joueurs reconnus coupables de corruption peuvent être lourdement sanctionnés à l’image de ce joueur de basket en Lituanie qui, soupçonné de triche a écopé d’une suspension de jeu pendant 1 an et demi ainsi que d'une amende de 1 500 €.